IRN ASEAN China Norms

Montée en puissance chinoise et nouvelles normes sociales en Asie du Sud-Est
International Research Network on the evolution of Social Norms. 

Study field: Southeast Asia under the Rise of China

Date d’exercice : 2019.01-2023.12
Directeur FR : Elsa Lafaye de Micheaux
elsa.lafaye.demicheaux@univ-rennes2.fr
Directeurs CH : Pierre Miège
pierre.miege@cefc.fr
Effectif : FR : 20/CH: 2
Nombre de doctorants : 8
Nombre de post-doctorants :  1
Nombre de laboratoires : FR : 3/CH :  2
Nombre de copublications :          (année préfiguration : 1)                   Villes impliquées : En France : Paris, Rennes / En Chine : Hong Kong
Site internet :                       http://case.ehess.fr/index.php?2274

Introduction

Le réseau ASEAN-China-Norms s’attache à explorer les transformations normatives à l’oeuvre en Asie du Sud-Est dans le contexte d’influence régionale croissante de la Chine. Il croise des questions théoriques reliant les institutions, dont font partie les normes, le pouvoir et le développement du capitalisme (notamment par le biais de l’investissement) d’une part, avec les enjeux immédiats et à venir du nouveau rôle de la Chine dans l’ordre international de l’autre.

La norme, représentation collective de ce qui doit être dont l’archétype est la règle de droit, est souvent analysée comme le résultat d’un conflit social, comme la cristallisation d’une histoire de luttes pour le pouvoir. Dans cette acception, elle importe moins par son contenu que comme objet de conflits toujours à venir et toute position de domination procède de la capacité d’édicter des normes, d’imposer la norme. En ce sens, la norme au sens de normativité, est toujours le résultat d’une victoire de certains intérêts pour imposer une vision de ce qui doit être. Dès lors, l’étude des normes est l’étude des rapports de force ayant conduit à leur imposition. Mais une autre lecture institutionnaliste de la norme souligne plutôt l’efficacité de la norme comme base structurante de la vie sociale, outil de mise en forme des attentes et des comportements, permettant la régulation du système et la coordination des activités, notamment économiques, mais aussi sociales et politiques, en contexte de divergence a priori des intérêts et de profonde incertitude. Ici, l’étude de la norme est moins celle des conflits qui ont présidé à sa sélection que celle de la diversité historique et spatiale des structures institutionnelles, celle des registres de son expression (les modes de normativité juridique, commerciale ou religieuse par exemple), des modalités de sa mise en forme et des rencontres entre ces modes de normativité.

L’autre pôle de la norme est lié à sa régularité dans les phénomènes sociaux et collectifs, au sens de sa normalité. Ce qui est dans la norme (par opposition à ce qui serait hors norme) est ce qui est le plus répandu, une sorte d’état moyen, selon un registre désormais descriptif et non plus prescriptif. L’étude de la norme est alors la mise au jour des normes sociales prévalant dans la société. La dualité fondamentale de la norme tient donc aux deux pôles de normativité et normalité, eux-mêmes reliés car l’imposition d’un modèle normatif, définissant une nouvelle normativité, façonne alors progressivement une nouvelle réalité, au sens d’une nouvelle normalité. Ces deux pôles de la norme constituent les deux rives d’une recherche sur les transformations sociales et politiques qu’induit la Chine en Asie du Sud-Est à travers sa montée en puissance économique. Les mécanismes de cette circulation normative passent par les liens économiques, politiques et stratégiques que chaque pays de la sous-région entretient respectivement avec la Chine. L’ASEAN en tant qu’intégration régionale est aussi mise à l’épreuve.Il se situe au croisement de questions théoriques reliant institutions, dont les droits humains et sociaux, développement du capitalisme et le nouveau rôle de la Chine dans l’ordre international, au carrefour de l’économie politique, la sociologie, la science politique, le droit et les relations internationales.

Missions et thèmes de recherche 

Cet IRN rassemble dix unités de recherches canadienne (1), européennes (4), chinoises (2), sud-est asiatiques(3) et australienne (1), et met en relation le travail d’une quarantaine de chercheurs et jeunes chercheurs.

Il conduit, à travers une série de rencontres scientifiques entamée en 2019 une recherche collective en sciences sociales (économie, sociologie, sciences politiques et relations internationales) portant sur les dimensions de travail, d’investissements et de circulation normative.

Principaux projets de recherche / Activité en 2019

3 réunions de travail :

  • Lancement européen et nord-américain du réseau IRN Asean China Norms. 1ère réunion de travail : 1er février 2019, Maison de l’Asie, 22 av. du Président Wilson, 75016 Paris.
  • Lancement asiatique du réseau Asean China Norms. 2e réunion de travail : 4 avril 2019, L’Espace , Institut Français, 24 Trang Tien, HOAN KIEM District, Hanoi.
  • Réunion de bilan de l’année de préfiguration, 3e réunion de travail : 17 octobre 2019, Centre Asie du Sud-Est, 54 bd Raspail, 75006 Paris.

2 séminaires :

  • « The Belt and Road initiative as a vector of social norms », Séminaire de recherche, Paris, Maison de l’Asie, 1er février 2019.
  • “Les normes sociales des investissements : enjeux des nouvelles circulations chinoises en Asie du Sud-Est.”, Séminaire du CASE, 54 bd Raspail, Paris, 17 octobre 2019.

2 Journées d’étude :

  • Paroles de migrants : Enjeux littéraires, économiques et politiques des textes de migrants (Malaisie/ Asie), Inalco, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, 28 mars 2019.
  • « Exploring the new labor norms in Southeast Asia induced by the China’s economic rise »

An international and pluri-disciplinary seminar in Social Sciences / Southeast Asia and East Asia, Foreign Trade University, Hanoi, 5 avril 2019.

1 Ecole d’été :

Ecole d’été méthodologique sur la conduite de recherches de terrain en sciences sociales dans l’Asie du Sud-est et la Chine contemporaines, 8-14 juillet 2019, Ipoh, Malaisie.

Les institutions et laboratoires impliqués 

Côté français :
• Centre Asie du Sud-Est, CNRS-EHESS-INALCO, Paris
• IFRAE, INALCO, Paris
• Liris, Université de Rennes

Côté chinois :
• CEFC, Hong Kong
• Polytechnic University, Hong Kong